Les différences entre le CPF « classique » et le CPF de transition professionnelle

cpf-cpf-de-transition-professionnelle-fongecif

CPF ou CPF de Transition Professionnelle ?

Le CPF de transition professionnelle permet aux salariés ne disposant pas de crédits suffisants sur leur CPF pour financer une formation, d’obtenir un financement complémentaire par le Fongecif.
La formation choisie doit être certifiante et permettre de changer de métier ou de profession.

En effet, le Fongecif Île-de-France mobilise prioritairement les droits inscrits sur le CPF du salarié ayant fait l’objet d’une décision de prise en charge de son projet de transition professionnelle.

Cependant, ces deux modalités d’accès à la formation diffèrent.

Certes, tous deux permettent l’accès à des formations certifiantes dont la liste est disponible sur sur le site Mon compte formation.

En revanche, le CPF « classique » est plus large et permet le financement :
• d’actions permettant la validation de la VAE
• de bilans de compétences
• de permis B et poids lourd : code et pratique
• d’actions de formation, d’accompagnement et de conseil dispensées aux créateurs ou
repreneurs d’entreprises

Enfin, le public éligible au CPF « classique » est bien plus large. Outre les salariés, peuvent aussi en bénéficier les agents publics (fonctionnaires et contractuels) et consulaires, les non-salariés et les demandeurs d’emploi notamment.

Alors que le CPF de transition professionnelle ne s’adresse qu’aux seuls salariés. Ces derniers sont ceux qui munis d’un contrat de travail effectuent une tâche en contrepartie d’une rémunération. Le tout caractérisé par l’existence d’un lien de subordination qui suppose donc que l’employeur puisse donner des ordres, les contrôler et sanctionner les manquements de son salarié.

Qui finance ces dispositifs ?

  • Pour le CPF de transition professionnelle, ce sont les Fongecif qui le financent, et ce, tout au long de l’année 2019, puis ce sera la CPIR (Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale) qui le financera à partir du 1er janvier 2020.
  • Pour le CPF « classique », ce sont les OPCO qui le financent, et ce, tout au long de l’année 2019, puis ce sera la Caisse des dépôts à partir du 1er janvier 2020.